Ecoute moi, écoute moi s’il te plait.
Je m’en veux, je m’en veux de t’avoir abandonner. Je m’en veux tellement tu ne peux pas savoir comment.
Je t’ai laissé au bord de la route alors que tu avais le plus besoin de moi. Je suis parti comme un voleur. Je suis lâche. Je ne suis plus rien sans toi, je m’en rends compte maintenant. Je suis pitoyable n’est-ce pas, de te demander pardon après ce que je t’ai fait subir. De te demander de me reprendre alors que tu as enfin refait ta vie, que tu m’as enfin oublié. Alors que tu as oublié tous ces mauvais souvenirs. Et moi avec ce discours  je te le remonte tous à la surface. Pourquoi je te dis ça? Je ne le sais pas. Je culpabilise surement. Oui. Je culpabilise. Trop tard je le sais bien.
J’arrive comme une fleur pour me faire racheter alors que j’ai été un monstre. Je te demande de faire l’impossible. Je vais plutôt partir, partir loin, et disparaître complètement de ta vie. Ce sera mieux. Pour tout le monde. Pour toi. Tu pourrais enfin être heureuse. Mon plus grand souhait, surtout si c’est grâce à moi qu’il se réalise, ton bonheur, même si ce n’est pas dans le sens où je le rêvais. Mes valises sont déjà faites, plus rien ne me retient ici. Je vais donc te dire Adieu. Mais avant de partir, pardonne moi s’il te plait. Pardonne moi pour tout ce que j’ai fait. J’ai été bête et ignorant. Je ne me rendais pas compte que j’avais une magnifique fille devant moi et qu’il fallait que je la protège. Non j’étais idiot et je l’ai laissé. Je l’ai lâché dans le souffle du vent, la laissant voler de ses propres ailes sous le poids de ses larmes. Je comprendrais très bien que tu me fermes la porte au nez, que tu me mettes une claque ou tout autre chose. Si cela te fait du bien défoules toi. Vas-y. Je ne bougerais pas, j’encaisserai coup sur coup.
Mon coeur est déjà brisé de tout façon.